@HarveyFamily
Publié par
David Inquel

le 20/03/2020

Publié par David Inquel

le 20/03/2020

Redoubler d’efforts, plutôt que s’arrêter.

Coronavirus
Épidémie
Confinement
Solidarité

David Inquel, co-fondateur de Harvey, nous livre un message d'encouragement et de bienveillance à travers quelques anecdotes de sa carrière sportive en tant qu'ancien judoka professionnel. Des mots qui appellent à la solidarité, l'entraide et la cohésion pour sortir plus fort de cette crise sanitaire qui nous frappe tous. Comme lors d'une compétition, c'est ensemble que nous gagnerons le combat !

Coronavirus
Épidémie
Confinement
Solidarité
Rester solidaires dans les moments les plus difficiles...

Tous les membres de l’équipe Harvey se joignent à moi pour vous exprimer leur solidarité. En ces temps troublés, j’imagine que chacun se raccroche à ce qu’il connaît…

Pour ma part, j’ai pour habitude de dessiner des parallèles entre mon actuelle vie d’entrepreneur et mon ancienne vie de sportif de haut niveau.

Il y a deux types de personnes.
Celles qui renoncent.
Et celles qui redoublent d’efforts.

L’épidémie de Coronavirus, ça, personne n’a pu l’anticiper…
La semaine dernière encore, nous étions nombreux à ne pas y croire.
En réalité, personne n’a encore vécu une chose pareille !

Pourtant, j’ai le sentiment d’avoir déjà expérimenté une épreuve plus ou moins similaire à celle que nous traversons collectivement… et ce, dans le monde du sport.

Quand on est athlète, on se doit de ne rien laisser au hasard :

  • Planification scrupuleuse de chaque minute de son emploi du temps
  • Entraînements intensifs
  • Motivation à toute épreuve
  • Endurance repoussée
  • Efforts démultipliés
  • Des sacrifices aussi, parfois…
     

Bref, on s’implique à 1000 %, en préparant ses stages, sa saison, ses compétitions. Un rythme effréné, combiné à un quotidien méticuleusement orchestré.

Et puis un jour… on fait une mauvaise chute.
Ce jour-là, j’ai senti mon épaule bouger nettement. J’ai eu mal.

Le soir venu, il m’était impossible de trouver le sommeil… je sentais bien que cette douleur était différente, supérieure à toutes les autres. En rentrant du diagnostic médical, mon médecin m’a envoyé passer une radiographie. Lorsque je suis revenu le voir pour les résultats, ce dernier s’est tourné vers moi :

« David, que fais-tu mardi ?
- Pourquoi ?
- Parce qu’il faut que tu passes à la clinique, tu te fais opérer ! »

J’imagine que sur le moment, je n’ai pas réalisé ce qu’il m’arrivait.

Finalement, ce n’est qu’au moment où l’on se réveille que l’on prend la pleine mesure de la situation. Ainsi, c’est en découvrant ma balafre de 10 bons centimètres sur l’épaule et d’où sortait un drain que j’ai pris conscience que ma vie s’était arrêtée.

Des blessures comme celle-ci, j’en ai eu deux dans ma vie. Celle que je viens de vous relater, à l’épaule, et une hernie discale.

Mes plus belles médailles ?
Je les ai eues après 😀

Il en va de même pour mon associé, David Douillet.
Je l’ai vu se relever d’un grave accident de moto. Personne ne savait s’il pourrait marcher à nouveau.

La suite ?
David Douillet est devenu
Champion Olympique.

Je pourrais vous raconter d’autres histoires de sportifs qui ont pu renaître et briller encore plus fort suite à des accidents, blessures ou traumatismes qui leur avaient imposé de mettre leur vie entre parenthèses.

Toutes ces personnes ont eu la même attitude !

Dès le lendemain de leur rétablissement, elles redoublaient d’efforts et de motivation, pour travailler encore plus qu’avant, et encore plus que les autres.
 

Travailler différemment, aussi.

Je me souviens d’un copain qui, après un grave accident, avait une paralysie totale de son bras droit : il passait tout son temps libre à malaxer une balle de tennis avec sa main valide, à la salle de musculation, à faire des tractions avec un bras, à courir…

Je me souviens de cet autre, qui en était à sa troisième opération du genou : on lui préconisait 1 h de kinésithérapie quotidienne et il en faisait 2 h.

Je me souviens d’une autre, qui n’avait plus le droit de s’entraîner, mais qui, chaque jour, enchaînait les électrostimulations et les étirements.

Ces personnes ne perdaient jamais le fil !

Elles s’entraînaient doublement, triplement, avec à la clef… des réussites incroyables. Et je ne parle pas seulement de médailles, mais bien de projets de vie.
 

La solidarité : secret de la réussite face à une crise

Nous étions souvent nombreux à être blessés en même temps.
La salle de rééducation était une salle de « torture », mais aussi un lieu de fraternité, où étaient fêtées toutes les petites victoires de chacun :

  • chaque degré d’articulation de l’épaule récupéré,
  • chaque pompe que l’on parvenait à faire de nouveau,
  • chaque nouvel exercice réussi après une opération,
  • etc.

Tout cela se constituait en une victoire collective pour le groupe, et chacune d’elle annonçait que nous allions tous finir par nous amuser à nouveau dans nos disciplines respectives !

Les liens créés pendant ces moments de rééducation, avec des personnes que je ne connaissais pas, demeurent forts et précieux.

Tous ensemble, collectivement, nous nous en étions sortis malgré nos blessures, malgré la douleur…

Pour se relever victorieux de cette épidémie, la méthode de réussite reste la même : faire corps, ensemble.

C’est pour cela que j’ai malgré moi fait un parallèle avec la situation actuelle.
Cependant celle-ci est bien différente sur un point : pour la majeure partie d’entre nous, nous ne souffrons pas physiquement…

Ce que nous endurons avec ce confinement est une épreuve qui en vaut la peine, pour le bien et la santé des autres, pour épargner des personnes de ce virus.
 

Une énorme pensée à ceux qui luttent contre la maladie !

Laissez-moi témoigner une solidarité totale et un immense remerciement aux personnes qui travaillent nuit et jour pour les sauver… 

De notre côté, certes les services sont ralentis, et nous avons été amputés de quelques membres… mais les personnes qui le peuvent continuent à travailler tous les jours !

Nous souhaitons être le plus efficace possible dans le traitement de vos dossiers, et de nos projets.

Nous maintenons nos actions d’accompagnement afin de vous faciliter la vie.

Par chance, nous travaillions déjà sur des outils digitalisés, sur lesquels nous vous inviterons sans doute à nous rejoindre si ce n’est pas encore fait : l'application Donna, l'assistante digitale.

L’essentiel est de pouvoir tous se retrouver en pleine santé à l’issue de cette période si particulière.


Être inventif, se renouveler, garder le lien et continuer d'avancer...

C’est d’ailleurs pour nous l’occasion d’avancer sur de nombreux sujets. La majorité des membres de l’équipe est à pied d’œuvre afin de :

  • Rappeler chaque client pour réaliser les déclarations d’impôt
  • Recontacter chaque prospect pour effectuer les diagnostics
  • Préparer les appels d’offres pour la reprise
  • Finaliser les dossiers d’acquisition immobilière
  • Traiter les permis de construire quand cela est possible
  • Déployer notre assistante digitale Donna chez tous les investisseurs et locataires
  • Recruter des prescripteurs
  • Nouer des partenariats

En définitive, tout ce que nous pouvons faire, tous les points sur lesquels nous pouvons avancer pour travailler d’une meilleure manière lorsque tout reprendra, nous le mettons en place.

Encore une fois, là où je fais le parallèle entre ces situations, c’est bien sur la cohésion, la fraternité, l’entraide entre les personnes.

Nous allons passer cette épreuve ensemble, et nous conserverons de cette expérience quelque chose qui nous aura rendus collectivement plus forts.

À présent, chaque petite victoire quotidienne se doit d’être partagée, car c’est ce qui fait que l’énergie positive irradie et offre de la vitalité et du courage à toutes et tous !

Je sais déjà que d’ici quelques semaines, quelques mois, nous serons bien heureux de ce moment où les activités ont été un peu chamboulées : cela aura permis d’éviter le pire.

Il faut que de cette période ressorte du positif ! De notre côté, nous n’allons rien lâcher.

Au fond de mon lit d’hôpital, je m’étais trompé : la vie ne s’était pas arrêtée, elle était juste différente. Et puis, le meilleur restait à venir, mais je l’ignorais encore. 

Si vous voulez garder le moral, appelez-nous !

La team est sur le pont 🙂

Et surtout, prenez soin de vous.

-----------

David Inquel
Co-fondateur Harvey

Posté le 20/03/2020 par David Inquel

Vous aimerez peut-être